L’axiome de la donnée stable

L’AXIOME DE LA DONNÉE STABLE
Know And Not-Know

Avec des demandes de livres de L. Ron Hubbard arrivant maintenant d’endroits aussi éloignés que Le Caire et Tel-Aviv, L. Ron Hubbard décida qu’un endroit plus central était nécessaire pour suivre l’expansion de la Scientologie au niveau international. o C’est ainsi que l’ientologie 8wwwÉglise fondatrice de Scientologie a été établie à Washington. De plus, cette nouvelle Église a entraîné la création de la première académie de Scientologie — l’académie de religion et de science. Si ces développements organisationnels marquaient une première, l’histoire des progrès techniques était elle aussi d’une importance considérable. Plus précisément, avec la découverte d’un des principes les plus considérables de Scientologie, l’Axiome 53 (l’axiome de la donnée stable), L. Ron Hubbard avait trouvé une réponse à toute l’aberration et la théorie de base de la santé d’esprit ou des aptitudes. Et avec l’Axiome 53, un autre événement important s’est produit — les quatre postulats qui avaient entraîné la chute du thétan depuis son état originel et les procédées pour les résoudre. Comme L. Ron Hubbard a présenté les procédés permettant aux préclairs d’altérer, de changer ou de remplacer des données stables, il a en même temps chapeauté des auditeurs sur la façon de disséminer, en leur fournissant Le scientologue, un manuel sur la dissémination des matériaux, et un article intitulé « Commencez à exercer ! » dans lequel il expliquait comment parvenir à la réussite.

Lire plus 

Achat
CHF 130
Quantité
Langue
Port gratuit Port gratuit disponible.
En stock
Expédition dans les 24 heures
Format:
Disque Compact
Conférences:
7

INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES L’AXIOME DE LA DONNÉE STABLE

Nous avons donc le postulat un, ne-pas-savoir (ceci est à un niveau analytique) ; postulat deux, savoir ; postulat trois, oublier ; postulat quatre, se rappeler. — L. Ron Hubbard

Pendant l’été de 1955, l’Association internationale Hubbard des scientologues à Phoenix occupait huit bâtiments et avait un personnel important à plein temps. La raison en était qu’avec les diplômés de l’ACC alimentant maintenant l’expansion dans leur région, la force combinée des scientologues faisait sentir son influence sur toute la planète. La Scientologie britannique, avec cinq cents auditeurs, s’étendait de Liverpool, au nord de l’Angleterre, à Croydon, au sud. Des auditeurs se formaient par dizaines en Afrique du Sud. La Scientologie s’était implantée en Australie et la Nouvelle-Zélande connaissait un boom. Et ce n’était pas tout. Les nouvelles des percées de L. Ron Hubbard avaient circulé à si grande échelle que des commandes de livres arrivaient d’endroits aussi éloignés que Tel-Aviv et Le Caire. Pendant ce temps, d’une côte à l’autre, aux États-Unis, l’expansion ne connaissait pas de limites.

Se rendant compte qu’un endroit plus central était nécessaire pour superviser la croissance de la Scientologie dans le monde entier, L. Ron Hubbard décida de se déplacer à Washington. Par conséquent, en juillet 1955, avec un centre de distribution établi tout près à Silver Spring dans le Maryland pour publier et disséminer les matériaux, l’Église fondatrice de la Scientologie était établie au 1845 « R » Street NW. Et surtout, cette nouvelle Église voyait l’établissement de la première académie de Scientologie — l’académie de religion et de science.

Si cette ère était marquée par une série de « premières » organisationnelles, l’histoire des progrès techniques l’était aussi. Avec une série complète de procédés qui étaient maintenant utilisés — tirés de La création des aptitudes humaines et de Dianétique 55 ! — L. Ron Hubbard avait fait une nouvelle découverte qui était non seulement applicable à toute l’audition, mais aussi au concept intégral du savoir qui avait guidé la quête de l’Homme depuis des milliers d’années. Par conséquent, le 11 juillet 1955, L. Ron Hubbard commençait à donner les conférences d’académie de Washington. Débutant avec une description détaillée des procédures modernes d’audition, il continua avec l’application en audition des quatre principaux postulats faits par le thétan. Et un seul titre de conférence ne laissait aucun étudiant dans le doute au sujet de l’importance de ces découvertes : « La donnée inconnue — une conférence ébranlant le “mest”. »

« Avec l’arrivée du concept que la plus haute connaissance que vous pouvez atteindre est de ne pas savoir quoi que ce soit, nous avons croisé toutes les philosophies de l’Orient et nous sommes allés au-delà. Nous avons simplement quitté la race humaine.

« Ce secret idiot était le secret qui maintenait l’univers en cohésion. »

Car, voici faisant ses débuts en tandem avec les quatre postulats, ce qui allait devenir l’un des principes ayant la plus grande portée en Scientologie : l’“axiome 53”, ou comme L. Ron Hubbard l’a décrit « l’axiome de la donnée stable ». Quant au rôle joué par l’axiome 53 et les quatre postulats en audition, il était vraiment fondamental. Comme il l’a expliqué :

« Ce sont les deux décisions de base de cet univers : survivre, succomber. Ce sont les deux données stables.

« Il gît dans un lit d’hôpital, il vit dans le malheur et la souffrance et il lit La Dianétique : évolution d’une science ou quelque chose comme ça, et tout d’un coup il dit : “Hé ! Attendez un peu ! Ce... bang !” et il se lève et il n’est plus malade. Magie ! Pure magie ! C’est vraiment l’une des deux données stables.

« Bon, l’autre donnée stable, d’une importance un peu moins grande, c’est succomber, vous voyez ? Il y en a uniquement deux. Ce sont les deux données sur lesquelles la vie s’aligne, et tout mauvais alignement avec ces deux données provoquera l’aberration. »

Par conséquent, l’axiome 53 permettait d’auditer des préclairs au point de pouvoir altérer, changer ou modifier des données stables :

  • l’individualisme acharné — si quelqu’un ne devait pas constamment protéger une individualité, il pouvait récupérer son libre choix dans la vie ;
  • l’inconscience — comme un harmonique inférieur du non-savoir ;
  • le fait de se souvenir — comme un harmonique du savoir ;
  • la démence — ses aspects mécaniques, et pourquoi c’est un chaos dans lequel il n’y a aucune donnée stable ;
  • le chaos — comment il soutient et donne de la puissance à la donnée stable à un niveau réactif ;
  • l’état idéal d’un thétan — oublier et se souvenir de façon sélective — et comment la Scientologie est une méthode grâce à laquelle quelqu’un peut savoir ou ne-pas-savoir à volonté.

Quant à ce qu’ont signifié ces progrès en matière de dissémination, L. Ron Hubbard a déclaré qu’il voulait que tous les scientologues soient à un mètre derrière la tête de la société dans leur propre région. Ou, comme il l’a écrit dans une lettre qui accompagnait une édition au début de septembre 1955 du magazine Ability :

« Avec cette publication et ces techniques en cours de développement, les buts les plus positifs de la Dianétique et de la Scientologie deviennent une réalité.

« Nous pouvons gagner en maîtrisant l’environnement face à une école de pensée qui se consacre à l’étude des souris et qui ne fait que s’y conformer. »

Dans ce but, L. Ron Hubbard a appris aux auditeurs comment disséminer — en leur fournissant spécifiquement Le Scientologue : un manuel sur la dissémination des matériaux, sur la façon de diriger une activité, et un article intitulé « Commencez à exercer ! » — Exhortant les auditeurs de porter le flambeau et leur disant comment réussir. Aussi, pendant l’automne 1955, avec une Église fondatrice de Scientologie centralisée, une académie qui fonctionnait très bien et des ressources pour disséminer, la Scientologie était prête pour une nouvelle phase d’expansion.