Cause-distance-effet

CAUSE-DISTANCE-EFFET
A Basics Course in Scientology

Pour former un grand nombre d’auditeurs, L. Ron Hubbard avait ouvert un collège professionnel Hubbard et donnait alors son premier cours professionnel. Quand il est arrivé sur scène pour donner sa première conférence, l’assistance était impatiente de l’écouter. Sans perdre de temps, L. Ron Hubbard a parlé d’une découverte sensationnelle : l’inaptitude à se rappeler est provoquée par une pénurie du passé. D’où la donnée étonnante : personne au cours des cent mille dernières années n’a pu se rappeler à volonté quoi que ce soit sur la piste de temps. La solution se trouve dans le Fil direct, où l’auditeur restaure l’aptitude du préclair à être au point-cause. Voici donc le rôle intégral que joue le Fil direct dans les six procédés les plus fondamentaux de la Scientologie : la Communication réciproque, le Fil direct élémentaire, la Procédure d’ouverture de 8-C, la Procédure d’ouverture par duplication, le Remède à l’avoir et Repérer des points dans l’espace. Comme L. Ron Hubbard demandait aux étudiants d’appliquer ce qu’ils avaient appris, les auditeurs ont commencé à fournir les résultats miraculeux de la Scientologie aux habitants de Phoenix et bien sûr, il y avait des résultats miraculeux en abondance. Pourtant le miracle le plus extraordinaire concernait les auditeurs. Car comme L. Ron Hubbard l’a dit en inaugurant cette école de formation : « L’auditeur, en obtenant uniformément d’excellents résultats avec les cas, finit par avoir de meilleures aptitudes et une meilleure santé que le meilleur préclair qu’il audite. Et c’est un fait dans le domaine de l’audition. »

Lire plus 

Achat
CHF 130
Quantité
Langue
Port gratuit Port gratuit disponible.
En stock
Expédition dans les 24 heures
Format:
Disque Compact
Conférences:
12

INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES CAUSE-DISTANCE-EFFET

Le facteur formation a été la seule chose dans le passé qui a empêché les auditeurs d’apporter une grande aide à l’humanité. Car dès qu’on peut lui démontrer fermement qu’il peut, grâce à ses techniques d’audition, améliorer à volonté l’état des préclairs, le problème du cas de l’auditeur est également résolu. L. Ron Hubbard

C’était l’automne de 1954. Le siège international de la Scientologie à Phoenix, en Arizona, débordait d’activités. En l’espace de quelques mois, L. Ron Hubbard avait donné le 8e cours d’instruction clinique avancée américain, démarré une série de conférences publiques hebdomadaires et de séances d’audition de groupe et constitué une nouvelle Fondation de recherche Hubbard de Dianétique. Et comme si ce n’était pas assez, il écrivait simultanément les derniers chapitres d’un nouveau livre, Dianétique 55 !

Mais, surtout, les recherches de L. Ron Hubbard pendant l’année précédente avaient été centrées sur les auditeurs — en particulier la formation d’auditeurs. À cet effet, L. Ron Hubbard avait ouvert un Collège professionnel Hubbard à Phoenix, qui fournissait alors son premier cours professionnel, conçu afin qu’ils comprennent et maîtrisent complètement les six procédés les plus fondamentaux de la Scientologie.

Il s’agissait du Cours professionnel de Phoenix. Ce cours, dispensé six jours par semaine, comprenait des démonstrations faites par des instructeurs ainsi que de la co-audition entre étudiants. Ainsi, le 16 novembre 1954, quand L. Ron Hubbard arriva sur scène pour donner la première conférence, l’audience était surexcitée et très impatiente.

Les étudiants furent vite complètement captivés car L. Ron Hubbard n’avait pas perdu de temps et leur avait fait connaître une nouvelle découverte sensationnelle : l’inaptitude à se rappeler est due à une pénurie du passé.

D’où, la donnée étonnante : pendant les cent mille dernières années, personne n’avait pu se rappeler à volonté quoi que ce soit sur la piste de temps.

La solution était le Fil direct. Car le Fil direct, comme L. Ron Hubbard l’expliquait, n’est pas simplement une tentative d’amener quelqu’un à se rappeler :

« Vous devriez vous rendre compte que le Fil direct élémentaire ne signifie pas se rappeler des incidents réels. Cela vous choquera peut-être.

Le Fil direct a été appelé “Fil direct” parce que l’auditeur tend une ligne directe entre la cause et l’effet. »

Comme L. Ron Hubbard le clarifiait, l’auditeur récupère l’aptitude du préclair à être au point-cause.

Voilà une donnée qui était décisive. Et L. Ron Hubbard continua en détaillant non seulement le rôle essentiel que le Fil direct jouait dans les six procédés de base, mais aussi les percées essentielles faites dans les techniques d’audition :

  • la Communication réciproque — une partie fondamentale de chaque étape d’un procédé que fait un auditeur, et comment la maintenir dans n’importe quelle circonstance ;
  • la formule de la communication — comment le Fil direct s’applique à la partie distance du cycle de communication ;
  • la communication avec un groupe — comment mettre en place des points d’ancrage pour s’adresser à un groupe et de ce fait entrer en communication avec lui ;
  • la Procédure d’ouverture de 8-C — elle démêle la banque d’engrammes en situant les « quand » et les « où » du temps présent ;
  • la Procédure d’ouverture par duplication — comment elle fait disparaître la considération que quelque chose « ne doit pas se produire de nouveau » ;
  • le Remède à l’avoir — sa théorie et ses aspects mécaniques sous-jacents en relation avec l’échelle du savoir au mystère ;
  • Repérer des points dans l’espace — comment ce procédé rend un préclair plus capable de localiser des choses et augmente son aptitude.

De plus, dans le cadre de tout ce qu’il enseignait à ces auditeurs, L. Ron Hubbard leur demanda d’appliquer la connaissance et les techniques qu’ils venaient d’acquérir. À cet effet, à titre de ministres, ils se rendaient dans des hôpitaux et des prisons et rendaient visite à des gens à leur domicile pour apporter les miracles de la Scientologie dans leur région. C’était l’« Opération Phoenix » qui suscita rapidement de nombreux résultats miraculeux, comme la femme condamnée par les médecins qui s’était remise d’une grave hémorragie ou le petit garçon de quatre ans qui devait subir une opération pour remettre en état un bras atrophié et qui s’était si bien rétabli après cinq heures d’audition que l’opération avait été annulée.

Mais à part les résultats étonnants que ces auditeurs produisaient désormais avec d’autres personnes, les résultats les plus miraculeux étaient les effets que cela produisait sur eux-mêmes. Car, comme L. Ron Hubbard l’avait annoncé en inaugurant l’école de formation :

« L’auditeur d’aujourd’hui peut être tranquille quant à son propre cas. Car nous avons constaté que pour aller bien, c’est un fait démontrable qu’on doit pouvoir améliorer les autres. Ce n’est pas assez d’aller bien et d’être heureux. Les confusions et les contrariétés de la vie sont telles qu’elles peuvent retarder le cas de n’importe qui. L’auditeur qui réussit constamment à améliorer des cas acquiert de meilleures aptitudes et une meilleure santé que le meilleur préclair qu’il audite. Et c’est un fait dans le domaine de l’audition. »

Voici donc un point de repère sur la route qui mène à une plus grande certitude en tant qu’auditeur.