Premier Congrès international des dianéticiens et scientologues

PREMIER CONGRÈS INTERNATIONAL DES DIANÉTICIENS ET SCIENTOLOGUES

Une lettre de L. Ron Hubbard mentionnait que la technologie avait atteint un niveau miraculeux : « Je peux résoudre un cas très difficile en 20 ou 25 heures maximum — le changer complètement — et je peux changer une somatique chronique en une demi-heure. Je peux faire marcher en quelques minutes des enfants qui étaient paralysés. » Ron avait non seulement résolu le problème des aberrations humaines et des maladies psychosomatiques, il avait aussi démontré la vraie nature de chaque individu en tant qu’être spirituel. Ayant découvert les vraies potentialités d’un être au niveau de thétan opérant dans le Cours de doctorat de Philadelphie, Scientologie 8-8008 et Les Facteurs, L. Ron Hubbard s’est mis à codifier les techniques d’audition, à écrire des publications et à former les auditeurs. Environ 400 délégués se rassemblèrent à Philadelphie où L. Ron Hubbard leur dit qu’il existait maintenant un outil pour bâtir une nouvelle civilisation. En conséquence, il mit l’accent sur les actions organisationnelles et la coopération, et il énuméra les rôles que devrait jouer un scientologue pour faire progresser la société qui, lorsqu’ils se traduisent par l’action, répondent à la question : « Qu’est-ce qu’un scientologue ? » Voici un congrès qui non seulement date de la période de recherche de L. Ron Hubbard dans le domaine des techniques de l’extériorisation de la SOP 8, mais qui fournit aussi un moyen d’apporter à l’Homme une civilisation humaine.

Lire plus 

Achat
CHF 210
Quantité
Langue
Port gratuit Port gratuit disponible.
En stock
Expédition dans les 24 heures
Format:
Disque Compact
Conférences:
15

INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES PREMIER CONGRÈS INTERNATIONAL DES DIANÉTICIENS ET SCIENTOLOGUES

Je peux résoudre un cas très difficile en 20 ou 25 heures maximum — le changer complètement et je peux changer une somatique chronique en une demi-heure. Je peux faire marcher en quelques minutes des enfants qui étaient paralysés. — L. Ron Hubbard

C’est ce que L. Ron Hubbard écrivait de Séville, en Espagne, au cours de l’été 1953.

Pendant les trois années tourbillonnantes qui avaient suivi la publication de La Dianétique : La science moderne de la santé mentale, la technologie a avancé au niveau de miracle. Ron avait résolu le problème des aberrations humaines et des maladies psychosomatiques. Plus encore, il avait démontré pour la première fois, avec certitude, ce qui n’avait été que spéculations et espoirs de l’Homme : la vraie nature de chaque individu en tant qu’être spirituel.

Ayant découvert et ayant tracé la route vers les vraies potentialités d’un être au niveau de thétan opérant dans le Cours de doctorat de Philadelphie, Scientologie 8-8008 et Les Facteurs, L. Ron Hubbard avait la tâche de transformer ces potentialités en réalités. Il fallait codifier les techniques d’audition, écrire les livres et assembler les textes de formation des auditeurs. Aussi L. Ron Hubbard se mit-il au travail, préparant les programmes et les textes.

De retour en Amérique à la fin septembre, environ 400 délégués se rassemblèrent à Philadelphie pour le Premier congrès international des dianéticiens et scientologues. Pendant cinq jours de conférences, de séminaires et de rencontres, ils reçurent non seulement une vue d’ensemble sur la recherche depuis les premiers jours, mais aussi sur la croissance de la Dianétique et de la Scientologie dans la société.

« Le véritable accomplissement est dans son application et dans son utilisation en tant qu’outil permettant de faire passer la culture de l’Homme du simple état de barbarie dans lequel il est aujourd’hui à un état où il peut être élevé au-dessus du niveau de la guerre, de la famine et des épidémies, des tribunaux corrompus, des gouvernements cupides, des religions moralisatrices et du barbarisme sauvage présent sous des centaines d’apparences. »

Néanmoins, L. Ron Hubbard poursuivit :

« Il y a une chance, ici sur Terre, de créer une civilisation comme elle n’en a jamais connu. Un outil a été fourni qui permet de le faire. C’est l’application de cet outil et non son invention qui est le but recherché. Que l’on ait réussi à fabriquer cet outil ne signifie pas que le travail est terminé. »

Pour réaliser ce but, L. Ron Hubbard souligna le besoin d’organisation et de coopération. Il énuméra les fonctions qu’un scientologue devait exercer dans la société, des fonctions qui, par l’action, répondent à la question : « Qu’est-ce qu’un scientologue ? »

Ce congrès présente donc toute l’étendue des recherches de Ron, depuis les techniques qui extériorisent un être comme celles qui se trouvent dans la Procédure d’opération standard 8 (SOP 8) jusqu’aux moyens par lesquels un scientologue peut insuffler dans la société les qualités plus nobles que sont la coopération, l’amour, la bonté, la clémence et l’équité.