Réhabiliter le pouvoir de choix

RÉHABILITER LE POUVOIR DE CHOIX
Six Levels of Processing

Les Six niveaux d'audition, tirés de la recherche continuelle de L. Ron Hubbard au sujet des six procédés de base, touchaient encore plus de cas et offraient un niveau de simplicité plus grand. Cette technologie était tellement importante qu’il a décidé de la mettre à la disposition de tous les auditeurs, fournissant un cours intensif de trois jours. Il y a d’abord eu la technologie pour commencer la séance, car comme L. Ron Hubbard a prévenu les étudiants : « Une fois, pendant cinq heures, nous avons demandé à une femme ce qu’elle faisait avant qu’elle ne nous donne finalement une réponse claire : “Je suis auditée”. Jusqu’à ce moment-là, elle faisait tout autre chose. » D’où l’importance des rudiments, le sujet du Niveau Un. Puis, avec les rudiments en place, L. Ron Hubbard a fourni une instruction détaillée sur le reste : Niveau Deux, Procédé de localisation et Procédés Ne-pas-savoir ; Niveau Trois, Procédé de décision ; Niveau Quatre, Procédure d’ouverture par duplication ; Niveau Cinq, Remède au manque de communication et Niveau Six, Remède à l’avoir et Repérer des points dans l’espace. Le but était de réhabiliter l’aptitude du préclair à prendre des décisions, et donc à exercer son pouvoir de choix. L. Ron Hubbard considérait que ces conférences étaient d’une telle importance qu’il les a exportées dans les académies de toute la planète, et son cours professionnel l’a incité à en donner deux de plus pendant les mois à venir.

Lire plus 

Achat
CHF 130
Quantité
Langue
Port gratuit Port gratuit disponible.
En stock
Expédition dans les 24 heures
Format:
Disque Compact
Conférences:
6

INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES RÉHABILITER LE POUVOIR DE CHOIX

Les six niveaux d' audition présentent une méthode d’audition et une nouvelle atmosphère en séance qui exprime clairement l’attitude optimale pour maintenir des gains stables continus chez un cas. — L. Ron Hubbard

Le retour de L. Ron Hubbard en Angleterre à la fin de 1955 laissait non seulement présager une période intense de recherche et de formation d’auditeur, mais confirmait et consolidait le fait que Londres avait une position unique dans l’histoire de la Scientologie. Car c’est là que L. Ron Hubbard avait d’abord défini l’esprit humain en tant qu’être immortel ayant des aptitudes qui dépassaient de loin tout ce qui avait été annoncé précédemment et qu’il en était arrivé aux vérités axiomatiques sur lesquelles toute la recherche ultérieure et, bien sûr, la totalité de la Scientologie allaient être fondées.

En fait, non seulement les scientologues, mais le grand public, attendaient impatiemment la première visite de L. Ron Hubbard dans le pays depuis près de trois ans et ses conférences publiques — données au théâtre de Lindsey, à Londres — se mirent rapidement à faire salle comble. C’est pourquoi, quand L. Ron Hubbard commençait à parler, l’audience était debout, avec des gens remplissant même les allées.

Cependant, le but de L. Ron Hubbard en venant en Angleterre englobait non seulement son intention de consolider la Scientologie au point de vue organisationnel pour servir de plus en plus de scientologues, mais aussi de former des auditeurs britanniques pour qu’ils atteignent un niveau élevé de compétence. D’où le 4e cours d’instruction clinique avancée de Londres. Car c’est pendant le 4e ACC de Londres que L. Ron Hubbard avait annoncé une découverte importante qui découlait de sa recherche supplémentaire sur les six procédés de base —précisément, les six niveaux d'audition. Elle était surtout importante pour les auditeurs, car les six niveaux d'audition atteignaient encore plus de cas avec un plus grand niveau de simplification :

« Parce que nous faisons les mêmes choses que nous faisons avec les six étapes de base, si ce n’est que nous le faisons beaucoup mieux, c’est tout.

« En fait, nous n’avons pas trop changé de choses. Mais nous essayons de comprendre plus clairement et nous essayons de faire progresser des cas plus rapidement. »

En fait, cette technologie était tellement essentielle que L. Ron Hubbard décida de la mettre à la disposition de tous les auditeurs — même ceux dont l’emploi du temps ne leur permettrait pas d’assister à un ACC de six semaines. D’où le cours professionnel Hubbard de Londres, que L. Ron Hubbard convoqua le 8 novembre 1955 au nouveau siège de l’organisation de Londres, Brunswick House. Au cours des trois jours suivants, ces auditeurs apprirent intensivement à appliquer les six niveaux d'audition.

D’abord, L. Ron Hubbard voulait s’assurer que les auditeurs auditaient réellement. Il leur enseigna donc comment trouver un préclair et commencer une séance. Si cela semblait évident, cela ne l’était certainement pas :

« Comment trouvons-nous un préclair ? Une fois, pendant cinq heures, nous avons demandé à une femme ce qu’elle faisait avant qu’elle ne nous donne finalement une réponse claire : “Je suis auditée.”

« Jusqu’à ce moment-là, elle faisait tout autre chose. Elle essayait de revoir son passé, elle essayait de découvrir pourquoi son mari l’avait quittée. Elle essayait de découvrir ceci et elle donnait ces réponses incroyables quant à ce qu’elle faisait sur cette chaise. Ce qu’elle faisait sur la chaise était d’être auditée et il lui a fallu cinq heures pour le découvrir. »

D’où Les rudiments, un développement fondamental que L. Ron Hubbard traita durant la première conférence du cours. Puis, une fois que les rudiments étaient résolument en place, il consacra le reste des conférences à donner des instructions détaillées sur tous les aspects des six niveaux, mettant toujours l’accent sur le but de rétablir le pouvoir de choix du préclair et son aptitude à prendre des décisions :

  • la première dynamique — pourquoi c’est le point d’accès le plus facile aux autres dynamiques ;
  • la restimulation — ce qu’est le mécanisme, et comment on y remédie dans l'audition de décision ;
  • les quatre tolérances — ce qu’elles sont, et pourquoi le fait d’accroître le pouvoir de choix de quelqu’un augmente sa tolérance ;
  • la pensée — chaque fois qu’un individu pense une pensée, il perce des trous dans le mest ;
  • la duplication — « cela ne doit pas se produire de nouveau » signifie pas de duplication et donc pas de communication, ainsi que la résolution de ce problème en audition ;
  • la communication — ce que l’on gagne de la vie et la première considération fondamentale dans n’importe quel jeu ;
  • l’extériorisation — le rapport du sixième niveau avec la Route 1 de La création des aptitudes humaines et en quoi c’est entièrement un procédé destiné à un thétan extériorisé ;
  • la « Gare de Waterloo » — appelée ainsi d’après la célèbre gare de Londres. Les gens, très affairés, qui la fréquentent en font un environnement idéal pour ce type de procédé objectif. Pourquoi ce procédé est aplani quand le préclair peut ne-pas-savoir à volonté.

Tout cela faisait des six niveaux d'audition, comme L. Ron Hubbard le disait, des procédés « aussi formidables que possible », et des conférences du cours professionnel Hubbard un must pour les auditeurs. En fait, la technologie était tellement importante qu’il fit envoyer les conférences dans toutes les académies de la planète, alors que son cours professionnel Hubbard de Londres devait inspirer deux conférences de plus du cours professionnel dans les mois à venir.

Et, comme preuve que le nom « L. Ron Hubbard » était sur les lèvres de presque tous les Britanniques, c’est à cette époque-là qu’un journal britannique national célèbre lui demanda une interview exclusive. Le résultat : un article présentant L. Ron Hubbard en tant qu’« homme d’avant-garde » et « pionnier », qui dans sa jeunesse avait parlé avec des hommes saints et des mystiques en Extrême-Orient et dont les découvertes et les enseignements représentaient « une combinaison formidable ». Décrit par L. Ron Hubbard lui-même comme « une très longue histoire amicale », l’article informait les lecteurs que la Scientologie « vous montre les aptitudes, les capacités de leader, la capacité à gagner votre vie et le potentiel de bonheur qui ont toujours été là — submergés. »

Mais ce qui était beaucoup plus important, c’est ce que L. Ron Hubbard avait accompli pour donner aux auditeurs britanniques toutes les données et leur faire acquérir la compétence nécessaire afin de résoudre n’importe quel type de cas et finalement de libérer des êtres. À cet égard, tout ce qu’il fit pendant ces mois en Angleterre fut couronné de succès. Car comme L. Ron Hubbard l’écrivit au rédacteur en chef du magazine Ability à Washington :

« Nous avons fait de tous ces gens de bons auditeurs. La Grande-Bretagne est maintenant plus riche dans cette mesure. »