4e ACC de Londres

4E ACC DE LONDRES
Native State & Postulates

Londres était déjà un lieu qui revêtait une importance particulière dans l’histoire de la recherche et du développement de la Scientologie, plus particulièrement les conférences de L. Ron Hubbard de novembre 1952 (Le pouvoir de thêta) en préparation du Cours de Doctorat de Philadelphie. Et si cette période de recherche avait à son tour déclenché ce qui allait suivre en matière d’extériorisation — la mise à thêta-clair et OT — c’était la première fois que L. Ron Hubbard revenait en Angleterre depuis presque trois ans. Avec la cible de faire des auditeurs hors pair, il a commencé avec ce qu’il y a de plus fondamental — les rudiments — simplifiant même le Code de l’auditeur. Puis ce fut au tour des Six niveaux d’audition, pour restaurer l’élément principal des gains de cas : le pouvoir de choix. Vu qu’il n’avait donné aucun ACC depuis presque un an, L. Ron Hubbard a présenté une série prodigieuse de nouveaux sujets comprenant des percées fondamentales pour toute l’audition : des procédés pour réhabiliter l’aptitude du préclair à ne-pas-savoir, et par conséquent pour défaire le Premier postulat qui avait entraîné sa chute depuis son état originel ; la Confusion et la donnée stable, appliquée à la résolution des problèmes de temps présent des préclairs et à la vie elle-même, et la solution pour les préclairs qui ne restent pas en-séance. Les actions de L. Ron Hubbard ont généré un tel enthousiasme que l’Association Internationale Hubbard des Scientologues a déménagé dans des locaux plus grands dans un des quartiers les plus animés de Londres.

Lire plus 

Achat
CHF 580
Quantité
Langue
Port gratuit Port gratuit disponible.
En stock
Expédition dans les 24 heures
Format:
Disque Compact
Conférences:
50

INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES 4E ACC DE LONDRES

L’état originel d’un préclair est de tout savoir. Il doit dire, premier postulat : « Ne-pas savoir. » Second postulat : « Je sais quelque chose. » Troisième postulat : « Je l’oublie. » Quatrième postulat : « Je me souviens maintenant. » Mon Dieu ! Mon Dieu ! Le souvenir est un alter-isness d’un not-isness d’un mensonge selon lequel il sait un quelque chose. Il sait tout ce qu’il y a à savoir ! — L. Ron Hubbard

L’arrivée de L. Ron Hubbard à Londres en septembre 1955 devait marquer le début de ce qui devait être une ère historique de développement pour la Scientologie dans son ensemble.

Bien que l’Angleterre possédât déjà un nombre croissant d’auditeurs de Scientologie, tous les précédents ACC de Londres avaient été supervisés par d’autres instructeurs qui avaient repassé une sélection de conférences de L. Ron Hubbard tirées des ACC américains. Et même si ce cours devait s’appeler le 4e cours d’instruction clinique avancée de Londres , c’était le premier jamais donné par L. Ron Hubbard lui-même.

En fait, Londres était déjà un lieu d’une importance particulière dans l’histoire de la recherche et du développement de la Scientologie, étant le lieu des conférences de novembre 1952 (Le pouvoir de thêta) données en préparation du Cours de doctorat de Philadelphie. Bien que cette période de recherches ait, à son tour, mis en marche tout ce qui allait suivre en rapport avec l’extériorisation, l’état de Thêta-Clair et d’OT — de Philadelphie à Camden, puis à Phoenix et à Washington — c’était la première fois que L. Ron Hubbard revenait en Angleterre en trois ans.

L. Ron Hubbard fixa donc comme premier objectif de mettre les auditeurs britanniques à jour et d’utiliser cet ACC afin de produire d’excellents auditeurs capables de mettre leurs régions au clair au moyen des techniques les plus modernes. Et il les forma réellement, leur enseignant des techniques mises au point pendant les deux dernières années qui avaient pour but de réhabiliter le pouvoir de choix du préclair — plus précisément les six niveaux de processing.

Toutefois, une revue des développements précédents ne constituait qu’une partie du programme. Et comme aucun ACC n’avait été donné par lui pendant près d’un an, L. Ron Hubbard utilisa le 4e ACC de Londres afin de présenter une gamme prodigieuse de nouveaux matériaux qu’il avait développés, notamment des percées fondamentales pour tout le domaine de l’audition.

  • Le premier postulat — les procédés mis au point à partir de l’Axiome 36 afin de rétablir la capacité d’un préclair à ne pas savoir et, par conséquent, d’annuler le premier postulat qui l’a conduit à la perte de son état originel ;
  • la confusion et la donnée stable — l’application de la donnée stable, non seulement au sujet de l’audition et de la résolution des problèmes de temps présent du préclair, mais également au sujet de la vie elle-même ;
  • la présence en audition — la présence de l’auditeur en tant que personne qui rétablit le pouvoir de choix du préclair ;
  • le pont de communication — sa définition et les étapes afin de passer d’un procédé ou d’un état d’être à l’autre ;
  • Le redémarrage des séances — la cause sous-jacente qui fait qu’un préclair sort de séance, et comment y remédier ;
  • comment faire pour démarrer une activité — action examinée en détail de la première étape qui consiste à permettre au public de trouver l’auditeur jusqu’au fait de fournir des canaux de communication.

Cependant, même avec les exigences pressantes d’un cours d’instruction clinique avancée, cela devait être également une période d’établissement et d’expansion sur les deux fronts — le grand public et les organisations.

Profitant d’un premier retour en Angleterre — et de la demande croissante du public dès que la rumeur de sa présence fut répandue — il fit du nouveau théâtre Lindsey le lieu de deux conférences publiques données chaque samedi après-midi. La popularité de L. Ron Hubbard ainsi que l’attrait énorme de la Scientologie auprès du nouveau public étaient évidents dès le second week-end où toutes les places assises étaient prises, le reste des participants devant rester debout dans les allées. Donnant une technologie de base à une population qui souffrait encore des difficultés de l’après-guerre, ces samedis après-midi donnaient à L. Ron Hubbard une occasion de communiquer avec le public, relation nécessaire afin de continuer les recherches et de mettre au point une technologie capable de résoudre les problèmes fondamentaux de la société en lançant des programmes de grande envergure.

Ses actions causèrent tant d’enthousiasme, d’intérêt et d’expansion que l’Association Internationale Hubbard des Scientologues à Londres dut quitter ses locaux situés sur Holland Park Avenue maintenant devenus trop petits. Afin de s’occuper de l’expansion, l’organisation déménagea à Brunswick House dans un bâtiment au coin de Palace Gardens Terrace et de Bayswater Road — une des rues les plus encombrées de la ville.

Voici donc le 4e ACC de Londres et le point à partir duquel L. Ron Hubbard allait jalonner le parcours de la Scientologie afin qu’elle assume son rôle sur la scène mondiale en tant que force puissante dans un but de survie planétaire.