Le Congrès de l’anatomie de l’esprit de l’Homme

LE CONGRÈS DE L’ANATOMIE DE L’ESPRIT DE L’HOMME

L’Église fondatrice venait juste d’être établie à Washington, aboutissement de cinq années de progrès constants. Ron fit venir les scientologues pour assister au premier congrès international dans la capitale du pays. Il ouvrit le congrès avec une conférence intitulée : L’espoir de l’Homme. Son titre ne pouvait être plus approprié. Car elle présentait les résultats des avancées technologiques, des résultats qu’on ne peut réellement décrire qu’en un seul mot : des miracles. Miracles physiques : des enfants sourds qui entendent soudain, des enfants estropiés se débarrassant de leurs béquilles, des personnes qui améliorent leur vue et abandonnent leurs lunettes, tous accomplis en s’adressant uniquement au thétan. Au cœur de cette réussite se trouve une percée décrivant les facteurs de l’autodétermination et les moyens exacts de la rétablir chez un individu. Ce que cette découverte impliquait était d’une dimension épique. Non seulement L. Ron Hubbard retraçait l’histoire de toutes les religions passées, mais il révélait également comment chacun des rêves qu’elles espéraient atteindre pouvait maintenant être réalisé. Voici donc le congrès dont on se rappellera comme d’un tournant dans l’histoire : l’avènement de la Scientologie, la première religion pratique au monde.

Lire plus 

Achat
CHF 210
Quantité
Langue
Port gratuit Port gratuit disponible.
En stock
Expédition dans les 24 heures
Format:
Disque Compact
Conférences:
15

INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES LE CONGRÈS DE L’ANATOMIE DE L’ESPRIT DE L’HOMME

Un scientologue peut rendre un individu bien portant, heureux et lui accorder l’immortalité personnelle simplement en abordant l’esprit humain.

Nous pourrions dire que grâce à la Scientologie, nous sommes entrés dans un deuxième âge de miracles. L. Ron Hubbard

Ces mots, écrits au printemps de 1955, cachaient une percée qui resterait pour toujours un tournant dans l’histoire de l’humanité.

Pour cette raison, L. Ron Hubbard fit venir les scientologues à l’hôtel Shoreham, à Washington, pour le tout premier congrès international tenu dans cette ville. L’Église de Scientologie fondatrice venait d’être établie et se trouvait à quelques pâtés de maisons. Certains participants arrivaient de pays aussi lointains que l’Australie ou l’Afrique du Sud. Tout était prêt quand L. Ron Hubbard fit son entrée le 3 juin pour donner la conférence d’ouverture, devenue depuis légendaire, L’espoir de l’Homme.

Ce titre était choisi à bon escient. Comme L. Ron Hubbard le raconte, on avait progressé depuis la Dianétique, avec son approche exacte et analytique des problèmes du mental, jusqu’au sujet global de la Scientologie, avec ses visées directes sur l’esprit :

« Nous avons reconnu que l’Homme était fondamentalement une machine seulement en ce qui concernait son corps ; cet Homme, pour le reste, était une entité spirituelle qui n’avait pas une survie finie. Cette entité avait une survie infinie.

« Voyez-vous, un des fondements de la Dianétique était la survie : le principe de base de l’existence est la survie. Et c’est seulement vrai pour le corps. Un esprit ne peut pas faire autrement que survivre, que ce soit dans le ciel, en enfer ou sur Terre. »

Mais cette célébration se produisait en raison de nouvelles bien plus importantes. Avec l’avènement de la Scientologie, le sujet était sans aucun doute possible passé dans le domaine de la religion. À cet égard, ce que les avancées technologiques accomplissaient en été de 1955 n’étaient rien de moins que ce que chaque religion à travers les âges avait rêvé d’atteindre. Cette affirmation n’était pas une exagération. Les derniers résultats de L. Ron Hubbard parlaient d’eux-mêmes, des résultats qu’on ne pouvait qualifier que d’un seul mot : des miracles.

Des centaines d’histoires de cas contenues dans les dossiers de l’Association Hubbard des scientologues à Phoenix étaient là pour le prouver : des enfants sourds entendaient soudain, des enfants estropiés se débarrassaient de leurs béquilles, les aveugles retrouvaient la vue et il y avait un tonneau rempli de lunettes abandonnées. Mais le plus étonnant était que ces « miracles » ne dépendaient d’aucune forme de thérapie physique. En effet, en s’adressant exclusivement au thétan, on pouvait désormais résoudre toute la gamme des maux, aberrations et incapacités qui sont le propre de l’humanité.

De plus, à travers ces quinze conférences et séances d’audition de groupe, L. Ron Hubbard dévoilait non seulement la découverte qui permettait ces réalisations, mais aussi la façon dont chaque scientologue pouvait l’appliquer. Voici donc les conférences de L. Ron Hubbard qui ont donné toute leur signification à libérer l’esprit humain. Elles ont aussi donné la direction de toutes les investigations ultérieures pour mettre au point la technologie qui a construit le pont vers la liberté que nous avons aujourd’hui.

Quant à l’importance qu’elles ont dans le drame de l’existence humaine, la voici, décrite dans ces mots immortels de L. Ron Hubbard :

« C’est une chose fantastique qu’aujourd’hui, en ce vingtième siècle, des milliers d’années de croyance dans le domaine de la religion se soient matérialisées en une réalité qui peut être mise en application assez facilement par l’individu moyen. Nous avons enfin amené ces connaissances dans le domaine de la pratique. La substance la plus ancienne de l’Homme — l’espoir, l’esprit — a atteint son apogée en devenant extrêmement pratique. »

Nous sommes heureux de vous présenter le Congrès de l’anatomie de l’esprit de l’Homme.